Partagez | 
 

 Accident révélateur [PV Hayden et Leah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leah Clearwater
mi Ange, mi Démon...
mi Ange, mi Démon...
avatar


Messages : 1489
Date d'inscription : 02/10/2009
Age : 27
Localisation : Quelque part dans la forêt....

MessageSujet: Accident révélateur [PV Hayden et Leah]   Mar 26 Juil - 21:03

Patrouiller. Encore et toujours patrouiller.

Je dois avouer que j’aurais aimé pouvoir me servir de mon jour de congés pour faire autre chose que patauger dans la boue. Mais je n’avais pas vraiment le choix, c’était à mon tour d’aller à la chasse aux vampires.

Je me rendis donc au volant de ma Toyota RAV4, un 4X4 que j’avais acheté quelques temps plus tôt lorsque ma Ford avait rendu l’âme, dans la forêt non loin de Seattle. Je me garais sur le parking devant l’entrée de la piste forestière destiné aux randonneurs, cyclistes et coureurs puis m’enfonçais dans la forêt. Une fois hors de vue de toutes personnes se trouvant sur le sentier, je laissais la louve prendre le relai afin de transformer mon apparence. Mes pattes trouvèrent vite leur rythme de croisière lorsque je me mis à courir et ma truffe analysa rapidement les odeurs qui emplissaient l’atmosphère.

L’odeur boisé typique de la forêt avec son herbe encore humide, ses sapins, ses odeurs animal et humaines aussi, bien qu’elles soient très légères. Je connaissais toute ces odeurs par cœur et la forêt aussi. C’était comme une seconde maison et un énorme terrain de jeux pour la louve en moi.

Ma truffe ne m’apportant rien d’autres que des odeurs habituel, je continuai ma route en passant de temps à autre près des sentiers très pratiqués afin d’être sûre que personne ne courrait de danger. La plupart des vampires suivait les odeurs humaines et chassaient donc plus dans ces coins-ci.

Toujours rien à signaler. L’après midi allait être calme…ou pas.

Lorsque je me renfonçais dans la forêt, une odeur nauséabonde envahit mes narines. Une odeur de vampires. Génial, une bonne partie de chasse s’annonçait avec au menu des enfoirés à tuer.

Je suivis leurs traces qui étaient très récente et distinguais plusieurs odeurs. Je n’étais pas sure du nombre exacte mais peu importe. Je savais pertinemment que leur donner la chasse était risqué étant donné que j’étais seule. Il leur serrait facile à plusieurs de me tuer mais il y avait de gens sur les sentiers et je me pouvais pas m’en aller chercher de l’aide en les laissant. Ils seraient tous morts bien avant que je revienne.

Je ne réfléchis pas plus longtemps et m’élançais alors à leur poursuite, les rattrapant avec facilité. A mon approche, ils se mirent sur leur garde, prêt au combat. De toute évidence, ils avaient reconnut mon odeur et savait ce que j’étais. Parfait.

Le petit groupe de 3 vampires était composé de deux femmes et un homme. La première était blonde avec des boucles qui lui tomber au milieu du dos. Ses yeux étaient bien évidement rouge comme ceux de ses compères et elle était plutôt élancée, vêtue avec classe comme une gosse de riche de Seattle. Ce qui était aussi le cas des deux autres à ses côtés. La seconde fille avait des cheveux châtains coupés en un carré plongeant qui soulignait la forme ronde de son visage et accentuait son teint olivâtre. L’homme lui, avait des cheveux aussi noirs que la nuit et son T-shirt parme laissait apparaitre les courbes de son torse tout en muscle. Il avait le même genre de musculature que les mecs de la meute sauf qu’il était beaucoup plus petit. Il faisait même presque une demi tête de moins que la blonde, ce qui rendait son corps presque disproportionné face à la perfection de ces deux amies.

Enfin peu importe, je ne m’attardais pas plus à les détailler et sortis du couvert des arbres en grognant prête à leur arracher la tête sans mauvais jeu de mots.

Après quelques instants à s’observer en chien de faïence et à se tourner autour, je perçus une ouverture dans leurs mouvements. J’en profitais alors pour sauter sur la petite brune et m’acharner sur sa gorge sans pour autant réussir à la tuer. Les deux autres s’élancèrent vers moi en même temps mais je réussis à esquiver de justesse.

Le combat dura un long moment et je pris pas mal de coups. J’allais, à coup sur, avoir pas mal de bleus si je n’avais rien de plus ne grave bien sur. Cela semblait très peu probable cependant vu que mes côtes et ma hanche, qui avait failli être brisé, me faisait très mal. Je ne m’attardais pas sur les dégâts qui, de toute façon, étaient bien plus nombreux.

Le premier que je réussis à tué fut l’homme qui, je l’appris grâce aux cris des deux femmes, s’appelait Franck. Ces dernières étaient sans conteste sacrément coriaces. Je réussis tout de même, au prix de gros efforts, a tué la blonde avant qu’elle ne plante ses crocs dans ma chair. Ce qui m’aurait tué en peu de temps. La petit brune fût la plus difficile à tuer, en partie car j’étais blessé et qu’il mettait de plus en plus difficile de me battre correctement. Mais je ne m’avouais pas vaincu, loin de la.

Elle causa néanmoins sa propre perte en étant trop sure d’elle. Alors qu’elle venait de m’envoyer voler contre un énorme rocher sur lequel ma tête cogna violemment, elle s’approcha de moi et s’accroupit devant moi pendant que je tentais de reprendre mes esprits. Une vive douleur éclata dans mon crâne lorsqu’il percuta la roche et je luttais pour ne pas perdre connaissance alors que ma vue se troublait et mon esprit s’embrumait.

La vampire me servit tout un tas de menaces et fit tout un monologue sur comment elle allait me faire souffrir mais je n’écoutais pas toute ces idioties et me concentrais plutôt sur mes yeux, qui me renvoyait une vision trop trouble pour que je puisse l’attaquer tout de suite en étant sur de l’atteindre.

Je restais donc allonger à tenter de retrouver un maximum de force pour une dernière attaque pendant que madame monologuer. Cette sangsue était sans conteste une vraie égocentrique et elle devait beaucoup aimer la théâtralité lorsqu’elle tuer.

Ce fut une chance pour moi car elle prit le risque de me tourner le dos. Je saisis l’opportunité et malgré ma vision trouble et mon corps endolori, me relever afin de lui sauter dessus et lui arracher la tête à grands coups de dents et de griffes.

A bout de forces, mon corps retrouva son apparence humaine et mes jambes, qui ne supportèrent pas le poids de mon corps soudain devenu extrêmement lourd se dérobèrent sous moi. Je ne sentis même pas l’impact du sol car tout devint à noir autour de moi et je perdis connaissance pendant ma chute.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
"On ne peut pas se forcer a ressentir ce qu'on ne ressent pas, mais on peu se forcer a bien agir malgré ce que l'on ressent."



Merci Eva ♥️

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Willins
Conscience d'une certaine personne ♥

Conscience d'une certaine personne ♥
avatar


Messages : 760
Date d'inscription : 25/10/2009
Age : 24

MessageSujet: Re: Accident révélateur [PV Hayden et Leah]   Jeu 4 Aoû - 16:35

Les morceaux de verre gisaient autour de moi, baignant dans la bière encore mousseuse. Étalé sur le parquet, le dos appuyé contre le demi-mur de la cuisine, je tentais de reprendre une respiration calme. Je suais, j'haletais ; je ne sentais pratiquement plus mon corps tellement le brouillard dans ma tête était épais.

Je m'étais retrouvé seul à la maison. La plupart de mes frères étaient au travail, hormis Leah qui était partie faire sa ronde dans la forêt et Seth parti acheter du pain et quelques affaires de bricolage. J'étais parti faire les courses - puisque c'était à mon tour d'y aller -, mais j'avais oublié de passer à la boulangerie et de prendre du plâtre pour réparer le trou dans le mur de la salle à manger. Seth s'était proposé d'y aller vu qu'il devait "voir un truc" comme il l'avait dit. Je l'avais donc expressément remercié de m'épargner un autre aller-retour dans un magasin. Si c'était nécessaire, cela ne me gênait pas, mais sinon... Qu'est-ce que je pouvais détester ça !
Lorsque Seth fut sortit, je m'étais attelé à ranger les courses. Une autre de mes activités favorites tiens... Parce que nourrir une meute de loup, c'était pire qu'un régiment de quarante personnes. Les placards débordaient et à peine le lendemain, ils se retrouvaient presque vides. C'était une horreur... Manger, manger, manger. C'était tout ce à quoi ils pensaient. Bon, je l'avoue, moi aussi. Mais je m'en rendais vraiment compte quand j'étais de corvée de course.
Une fois les placards remplis à ras-bord, j'avais pris une bière dans le frigo et m'étais affalé sur le canapé. J'avais laissé mon esprit vagabonder pendant quelques instants. Ma bière fut trop rapidement vide à mon goût, ainsi je m'étais levé pour aller en chercher une autre.
Me tournant vers le salon une bière toute fraiche à la main, je n'avais pas atteint le comptoir de la cuisine que je fus tordu par une atroce douleur. Les côtes, le dos, l'épaule, et je ne sais où encore. C'était comme si j'étais ballotté dans tous les sens contre des murs en béton armé, brisant mon corps en millier de petits morceaux à chaque coup. Et pourtant je n'avais rien. J'avais regardé et toucher, il n'y avait aucune trace de blessures sur moi. Pas même un malheureux petit bleu. Je ne comprenais rien. J'avais chaud, je transpirais et j'haletais comme si j'avais couru deux fois de suite le marathon de New York non-stop.

C'était comme ça que, après que mes genoux aient flanché et que ma tête ait résonné pire qu'une grotte, je m'étais écroulé sur le sol avec la bouteille de bière pleine. La sonnerie de mon téléphone retentit dans toute la maison. Ou du moins j’en avais l’impression. A côté, un hautparleur allumé à fond n’était rien qu’un minuscule tintement. Je trimais pour me relever et atteindre le portable posé sur la table basse du salon. Et lorsque j’eus ENFIN attrapé l’engin, il arrêta de sonner. Forcément… Je regardais l’écran pour constater que l’appel venait de Paul.

- Oh il rappellera… soufflais-je en me laissant retomber contre le canapé alors que ma tête jouait un solo infernal à la batterie.

Je restais là sans bouger, pris d’une soudaine et incroyable flémingite. Et je dus m’assoupir quelques minutes puisque je me surprenais à ouvrir les yeux en sursautant.

- Hayden !! Mais ouvre crétin !!! criait quelqu’un derrière la porte d’entrée

C’était Paul. Je me levai aussi et courais vers la porte en la déverrouillant d’un tour de clé. Paul entra en me poussant avec la porte. J’avais la tête embuée et sur le coup, j’ai cru avoir rêvé. Mais en clignant plusieurs fois des yeux, je réalisai qu’il tenait Leah dans ses bras. Il marchait d’un pas rapide vers sa chambre. Elle était inconsciente. Inconsciente et blessée. Paul déblatérait des paroles incohérentes et je m’efforçais de le suivre et d’essayer de comprendre ne serait-ce qu’un mot de ce qu’il disait.

- Tu peux me dire clairement ce qu’elle a ?! lui demandais-je alors qu’il la déposait délicatement sur son lit

J’étais de plus en plus inquiet alors que mes idées s’éclaircissaient. Leah était partie patrouiller comme prévu et était tombé sur une bande de vampire, m’expliquait Paul. Il l’avait trouvé inconsciente dans la forêt. Elle avait sûrement une ou deux côtes de cassées et un traumatisme crânien. Enfin c’était le pire qu’elle pouvait avoir. Le reste se résumait surtout à des ecchymoses. Paul alla chercher un gant d’eau fraiche alors que je m’occupais de ses côtes. Le processus de guérison avancé avait déjà commencé. Je tâtais l’endroit concerné. Paul revint au même instant avec un gant frais et le posa sur son front.

- L’une de ses côtes est bien placée, mais l’autre ressort beaucoup trop, informais-je Paul. Il ne suffit qu’un seul regard pour se mettre d’accord. Tiens la bien.

Il s’exécuta alors que je plaçais le bas de ma paume sur sa côte. Je lui lançais un dernier regard, puis me concentra sur la côte de Leah. Il fallait que je la lui recasse, nous n’avions pas le choix. Je jetais un œil à Leah.

- Hayden bouge ! me pressait Paul

Sans plus attendre, je donnais un coup sec et fort contre elle. La côte se brisa dans un bruit écœurant. Leah reprit connaissance à cause de la douleur et hurla en gigotant dans tous les sens. Paul essayait de la calmer et de la rassurer, la maintenant d’une main et humidifiant sa tête avec le gant d’une autre. Je m’empressais de l’enrouler dans des bandes pour maintenir ses côtes en place.


Vingt minutes plus tard, Leah s’était endormie. Nous avions prévenu les autres membres de la meute qui avaient rappliqué presque instantanément. Maintenant, ils discutaient tous dans le salon des événements tandis que j’étais resté au chevet de Leah. Je ne pouvais pas m’en empêcher. Il fallait que je reste juste à côté, que je vois les couvertures se soulever légèrement à chacune de ses respirations, que je surveille chaque seconde si ses paupières s’ouvraient ou non.
J’entendais les gars à travers la porte parler de nouvelles rondes plus fréquentes, de partir minimum à deux, d’élargir notre zone de couverture, etc. Les trois vampires qui s’en étaient pris à Leah… S’ils n’étaient pas déjà brulés, je les aurais tués encore et encore. Ils avaient osé toucher à Leah. C’était quelque chose d’impardonnable. Pas seulement parce que c’était Leah bien sur non… Non… Juste que… Elle faisait partie de la meute et que quiconque touchait à un de nos frères devait payer. Juste pour ça. Pour quoi d’autre de toute façon hein ? Je soupirais longuement, fixant le visage légèrement crispé de Leah. Je changeais le gant sur son front qui devenait bouillant en moins de deux minutes. Sa température baissait trop doucement à mon goût, mais c’était déjà ça. De plus, nous n’entendions plus ses gémissements de douleur. J’étais soulagé, parce que ça m’était insupportable, mais son sommeil semblait interminable. Je la fixais, attendant un quelconque petit mouvement… Mais rien. Elle se contentait de dormir, refaisant ses forces. Il fallait être patient, mais sur ce coup là, j’en étais loin. Je trépignais sur place, guettant le moindre bruit, le moindre souffle.
Ses doigts entre les miens, je m’endormis de nouveau.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Spoiler:
 
Merciiiiiii maman Very Happy ♥️♥️♥️


Dernière édition par Hayden Willins le Mar 16 Aoû - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah Clearwater
mi Ange, mi Démon...
mi Ange, mi Démon...
avatar


Messages : 1489
Date d'inscription : 02/10/2009
Age : 27
Localisation : Quelque part dans la forêt....

MessageSujet: Re: Accident révélateur [PV Hayden et Leah]   Dim 7 Aoû - 17:19

Toujours plonger dans les ténèbres, je me sentais ballotter de droite à gauche comme si j’étais sur un bateau en pleine tempête. Néanmoins, je n’arrivais pas à émerger afin de comprendre ce qui se passait. J’avais la sensation d’être en face d’un mur de briques particulièrement solide.

Soudain, une vive douleur quelque part dans mon corps fit éclater ce mur en morceau, permettant à mon esprit de retrouver le chemin de la conscience. Bien qu’il aurait mieux valu que je reste dans les vapes… Un craquement sinistre retentit à mes oreilles et je compris au vu de la douleur insupportable, que l’on venait de me briser un os, une côte plus précisément. Bon sang, ce que ça pouvait faire un mal de chien !

Je ne pus m’empêcher de hurler en me tortillant autant que mon corps en était capable afin d’échapper à cette douleur et surtout au bourreau qui me l’infligeait. Qui sais ce qu’il comptait encore me faire.

Une voix masculine, qui ne m’était pas inconnu, tentait de m’apaiser et de me calmer tout en épongeant mon front à l’aide d’un gant de toilette.

Lorsque mes cris s’estompèrent avec la vague de douleur qu’avait provoqué le cassage de ma côte, je reconnus les deux personnes qui étaient à mon chevet. Il s’agissait de Paul, celui qui avait tenté de me calmer et Hayden, celui qui m’avait brisé une côte.

Très vite pourtant je réussis à me rendormir, heureusement. Mon corps et ma tête me faisait tellement souffrir que je pensais ne pas pouvoir replonger dans une réconfortante inconscience avant un moment.

Je fis plusieurs rêves tous aussi étrange les uns que les autres. Mais celui qui me réveilla fut le plus triste… En effet, j’étais en plein désert, surement dans l’Arizona vu le paysage environnant, et j’étais poursuivie par des monstres. Enfin, plutôt des les créatures tirées de mythes en tout genre. Je courrais pour leur échapper jusqu’à apercevoir quelqu’un au loin. Hayden.

Arrivé a sa hauteur, je tentais de lui dire de fuir, de l’entrainer avec moi mais celui-ci ne bougeait pas d’un pouce. Il fixait les créatures qui fondaient sur nous à toute vitesse alors que je m’efforçais de le tirer en arrière pour qu’il me suive. D’un geste sec, il m’écarta, reprenant son bras et me poussa suffisamment fort pour que j’aille m’écraser quelques mètres plus loin. La dernière chose que je vis avant d’être projeté en arrière fut ces yeux, -gris clair, presque blanc- qui fendaient l’obscurité ambiante en me regardant tomber. Ensuite, les créatures se jetèrent sur lui et le dévorèrent. Avec appétit.

Je me réveillais en sursaut, haletante et légèrement désorienté. L’image désagréable d’Hayden se faisant dévorer encore imprimé sur les paupières. Mais je constatais bien vite que ce n’étais pas le cas puisqu’il se trouvait à mon chevet. En plus, dans mon sursaut je l’avais réveillé.

-Hey ! Dis-je dans un souffle à peine audible. Tu as bien fait de ne pas vouloir devenir médecin tu sais ? Ironisais-je.


chassant les dernières bribes de mon cauchemar, je me rendis compte que le fait que j’avais du mal à respirer n’était pas dû à mon rêve ou à la peur qu’il m’avait inspiré mais plutôt à mes côtes cassés et à la douleur que cela provoquait lorsque j’avais le malheur de vouloir respirer. Génial.

Cependant, un petit quelque chose me réconforta. Les doigts d’Hayden enserraient les miens dans un étau de fer comme s’il pensait qu’en me lâchant j’allais cesser de respirer et mourir. C’était touchant, surtout vu les circonstances.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
"On ne peut pas se forcer a ressentir ce qu'on ne ressent pas, mais on peu se forcer a bien agir malgré ce que l'on ressent."



Merci Eva ♥️

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Willins
Conscience d'une certaine personne ♥

Conscience d'une certaine personne ♥
avatar


Messages : 760
Date d'inscription : 25/10/2009
Age : 24

MessageSujet: Re: Accident révélateur [PV Hayden et Leah]   Mar 23 Aoû - 21:19

Je me réveillais dans un sursaut, clignant plusieurs fois des yeux pour retrouver une vision moins trouble. Je constatais qu'en réalité, c'était Leah qui avait sursauté. Elle haletait et transpirait tellement qu'on aurait pu croire qu'elle avait couru pendant des heures et des heures. Je me redressais sans la lâcher du regard.

- Hey ! souffla-t-elle. Tu as bien fait de ne pas vouloir devenir médecin tu sais ? ironisa-t-elle.

J’étais tellement inquiet que je mis un certain temps avant de comprendre que c’était de l’ironie. Je lâchais un rire saccadé (ou était-ce une sorte de grognement ?).

- Ah ha... Euh... Ouais... Désolé, m'excusais-je dans une grimace.

Je lui lançais un sourire, plus tendre que je ne l'aurais voulu, et caressa machinalement le dessus de sa main que je n'osais plus lâcher. Elle avait encore de la température. Sa peau était chaude naturellement bien sûr, à cause de son appartenance à la meute. Mais à force, elle me paraissait presque normal. Quand je touchais sa peau, je pouvais savoir si elle était plus chaude que d'habitude. Elle avait effectivement encore de la fièvre. Il suffisait de toute façon de jeter un coup d'œil à son front, où des petites gouttes de transpiration perlaient.

- Comment tu te sens ?

J'étais inquiet. Et cela ne servait à rien de le cacher, j'en étais strictement incapable.

Je me rappelais alors nos discussions... Disons musclées. Nos disputes en fait. Oui, nous n'étions plus ensemble. Je n'étais plus censé m'inquiéter pour elle. Et pourtant...
J'inspirais une grande bouffée d'air et m'écarta d'elle, lâchant sa main comme si elle m'avait brulé. Je me relevais et lançais des regards gênés tout autour de moi. Depuis quand je réagissais comme ça moi ? Qu'est-ce qui me prenait ?

- Euh... Je... Je vais prévenir les autres que tu es réveillée, lui dis-je en reculant vers la porte

Je l'ouvris et appelais les gars en sortant la tête dans le couloir. Des hourras et des exclamations de joie me répondirent alors qu'il rappliquaient tous en même temps. Le bruit de leurs deux mètres de haut résonnait comme si un troupeau d'éléphant avait envahi la maison. Ils déboulèrent dans la chambre en entourant Leah. Pire que des mouches autour d'un steak... Je restais légèrement en retrait, observant Leah entre la tête de Paul et de Jacob, alors qu'ils lui posaient des milliers de questions et lui assuraient qu'ils allaient en faire voir de toutes les couleurs aux vampires.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Spoiler:
 
Merciiiiiii maman Very Happy ♥️♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah Clearwater
mi Ange, mi Démon...
mi Ange, mi Démon...
avatar


Messages : 1489
Date d'inscription : 02/10/2009
Age : 27
Localisation : Quelque part dans la forêt....

MessageSujet: Re: Accident révélateur [PV Hayden et Leah]   Lun 29 Aoû - 19:10

Hayden me fixait d’un air absent comme si son cerveau avait eu un bug. Je me demandais s’il allait finir par réagir ou si allait continuer à me fixer comme s’il voyait un fantôme. J’attendis donc. Puis un instant plus tard, il se mit à rire mais on aurait pu l’assimiler à un grognement ou quelque chose de vaguement similaire. Il s’excusa ensuite et sur le coup, je me demandais pourquoi, jusqu’à me souvenir de ce que je lui avais dit juste avant. Son rire sortit de nulle part m’avait tellement déstabilisé que j’en avais même oublié mes propres paroles.

C’était sans compter sur son sourire et ses doigts qui caressaient doucement le dos de ma main. J’aurais presque pu en oublier la douleur qui irradiait mon corps et la fièvre qui faisait grimper ma température à un degré alarmant, qui aurait tué n’importe quelle personne normale. J’étais cependant loin d’être normale mais il n’y avait là aucune nouveauté.

Le sourire que m’offrit Hayden était tout ce qu’il de plus tendre et doux. C’était un de ces sourires qui vous réchauffe le cœur et les entrailles et fait naitre en vous une douce chaleur réconfortante quel que soit la situation. Un sourire qui ne s’oublie pas et duquel on devient vite accro. Un sourire que je n’avais pas aperçut sur son visage depuis bien longtemps…

Je me sentis soudain très loin de toute douleur, comme si j’étais allongé sur un nuage doux et si agréable. Je ne voulais pas ne descendre.

- Comment tu te sens ? me demanda-t-il.

Question stupide, pensais-je.

C’était la question que tout le monde pose à n’importe quelle personne malade même si chacun en connaissait la réponse. Mais personne ne pouvait s’empêcher de la poser, moi la première. Enfin quand je n’étais pas celle qui était dans un sale état comme c’était le cas aujourd’hui.

-Eh bien, j’ai connu pire. Ca va aller, répondis-je en lui rendant son sourire.

Il était visiblement très inquiet et je voulais le rassurer. Peut être me rassurer aussi par la même occasion. Je n’avais visiblement rien de mortel ou de très grave. Rien qui ne guérisse en gardant quelques jours le lit. Enfin, à moins que la commotion que j’avais surement ne s’aggrave. J’avais quand même reçu un sacré choc à la tête et j’avais vraisemblablement failli mourir aussi.

Je chassais ses pensées de ma tête lorsque je sentis Hayden lâcher brusquement ma main pour se lever. Il semblait soudain perdu et gêné. Qu’est ce qui lui prenait ?

Il se dirigea vers la porte en lançant un « je vais prévenir les autres que tu es réveillé » tout en bafouillant. Puis il sortit et prévint les autres membres de la meute qui attendaient visiblement tous dans le salon mon réveil. Ces derniers poussaient des cris de joie. Ils avaient eux aussi du beaucoup s’inquiéter. J’allais devenir le centre d’attention ces prochains jours, ce qui n’était pas pour me déplaire. Vouloir un peu d’attention et de sollicitude n’est pas un crime, si ?

Tous déboulèrent dans la petite chambre de mon appartement et celle-ci parut ridiculement petite d’un seul coup. Avoir une petite dizaine de personnes de près de deux mètres de haut et taillés comme des armoires à glaces faisait surement cette effet n’importe où.

Ils m’assaillirent de question, de remarques en tout genre, assurant qu’ils n’allaient pas laisser passer ça. Je leur assurais que c’était inutile puisque j’avais moi-même tuer les trois vampires qui m’avaient fait ça. Ajoutant au passage que j’étais fière de moi et de mon carnage sur le ton de la rigolade. Cela ne les dérida pas vraiment pour autant.

Hayden se cachait derrière les autres, écoutant la conversation. Je me demandais si nous en étions dorénavant réduits à ne plus pouvoir se tenir dans la même pièce sans quelques personnes autour. Si c’était le cas, la voix de la réconciliation était bien loin, tout comme celle de la communication.
Personne ne fit de commentaire sur le fait qu’Hayden ne se trouve pas à mes côtés. Évidement, c’était la chose à ne pas faire.

Les autres continuaient à parler et a planifier plus de rondes et tout un tas de plan pour me « venger ». Je ne participais pas vraiment à leur conversation car je voyais bien qu’ils faisaient cela surtout car ils avaient besoin de se défouler suite à ce qu’il venait de se passer. Comme ils ne pouvaient pas s’occuper des vampires qui m’avaient mise dans cet état, ils avaient besoin d’évacuer leur surplus d’énergie et de violence sur n’importe quel vampire qui leur tombe sous la main. Personne ne me touchait cependant de peur de me faire encore plus de mal. Aucun ne semblait encore avoir compris que je n’étais pas ne sucre et que je n’étais pas une frêle femme sans défense. Ce que ça pouvait être agaçant ce genre de réflexions.

Je voulus me redresser un peu, voire même m’asseoir dans le lit mais je fus prise d’une violente nausée et de vertiges. La pièce se mit à tourner tout autour de moi et, malgré la douleur qui embrasa mon corps, j’entrepris de me pencher sur le côté afin de ne pas vomir sur le lit ou sur moi.

Je dus perdre connaissance l’espace d’une seconde. Mais les spasmes ne s’arrêtèrent pas pour autant et je ne sais pas vraiment combien de temps cela dura mais ce fut trop longtemps à mon gout. La fièvre sembla en profiter pour remonter et enflammer mes joues déjà brûlantes. Je me sentais sur le point de reperdre connaissance et c’est ce qui se passa surement car ce fut mon dernier souvenirs avant le néant.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
"On ne peut pas se forcer a ressentir ce qu'on ne ressent pas, mais on peu se forcer a bien agir malgré ce que l'on ressent."



Merci Eva ♥️

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Willins
Conscience d'une certaine personne ♥

Conscience d'une certaine personne ♥
avatar


Messages : 760
Date d'inscription : 25/10/2009
Age : 24

MessageSujet: Re: Accident révélateur [PV Hayden et Leah]   Ven 2 Sep - 23:25

Je ne cessais de la regarder, comme si le simple fait de voir ses prunelles marron pouvait m’hypnotiser. C’était ma Gorgone - sans la transformation en pierre bien sûr. Quoique… J’aurais pu rester des heures à seulement la regarder. Je pris une grande inspiration. Depuis quand j’étais aussi mollasson moi ? Rooh… Secoue-toi mon vieux ! On dirait un dépressif là. Cette conversation avec moi-même ne faisait que confirmer que je n’étais qu’un idiot…

J’essayais de me concentrer sur la conversation qu’avaient les gars devant moi. Tentative inutile puisqu’ils parlaient presque tous en même temps, et - le pire - répétaient exactement la même chose mais à des intervalles différentes. Je reportais alors mon attention sur Leah. Comme quoi, je ne savais vraiment faire que ça aujourd’hui. Elle arpentait un sourire rassurant, sûrement destiné à calmer les élans meurtriers des mecs, mais ses lèvres légèrement pincés – que je semblais être le seul à avoir remarqué – prouvait que la situation l’énervait. Forcément. Rester allongé dans un lit, se faire traiter comme une princesse en détresse, et surtout, être en position de faiblesse ; il y avait tout pour lui déplaire.

Alors qu’elle tenta de s’asseoir, mon esprit fut comme embué en une seconde. Je voyais Leah retenir un haut-le-cœur, tandis que le sol semblait tanguer comme si nous étions en mer. Je clignais des yeux, me tenant la tête, essayant de garder une vision claire. Sans plus me préoccuper de l’étrange tournis qui m’avait pris, je plongeai à côté du lit. Je rattrapai Leah in extremis entre mes bras alors qu’elle s’évanouissait.

- Leah !!!!

La reposant sur le lit le plus délicatement possible, je tâtais son front et ses joues. Elle était bouillante, sa fièvre était telle que le thermomètre aurait explosé à son contact. Elle respirait difficilement, haletante et secoué par des soubresauts. Les autres n’arrêtaient pas de poser des questions de l’appeler, de se pencher au dessus d’elle. Il y avait trop de bruit, trop de monde. Je sommai Jacob de tous les faire sortir avant que je n’explose. Je respirais profondément pour contenir mes tremblements. Seul Seth et Paul étaient restés dans la chambre. Le petit frère de Leah s’évertuait à éponger son front, trempant et retrempant le gant dans l’eau froide. Quand à Paul, il fixait tantôt Leah tantôt moi, attendant patiemment que je lui dise quelque chose.

Je réfléchissais à toute allure. Cela ne pouvait pas être à cause de ses côtes, à moins d’avoir une hémorragie interne. Ce qui, nous en étions certains Paul et moi, n’était pas son cas. Et elle n’avait rien d’autre de casser, je l’avais vérifié une heure avant.

- A quoi tu penses ? me demanda Paul

Je ne voyais que la commotion cérébrale. Surtout que je ne connaissais pratiquement rien à la médecine. Mais si c’était bien ça, nous ne pouvions rien faire. Continuer de lui donner des calmants, et attendre qu’elle se calme, qu’elle guérisse naturellement. Il était hors de question de l’amener à l’hôpital, bien que j’en sois capable. Nous échangeâmes un regard avec Seth et Paul, tous aussi inquiet et agacé par la situation. Nous n’avions pas le choix. Je repris les doigts de Leah entre les miens et les portai à ma bouche. Fermant les yeux, serrant mes mains, je l’implorai de tenir le coup.

- Je déteste ça… soupira tristement Seth.

J’ai failli lui dire qu’il n’était pas le seul, mais je gardais cela pour moi. Plantant mes yeux sur le visage crispé de Leah, je serrais doucement sa main entre les miennes. Sous aucun prétexte, je ne l’aurais lâché. La maison pouvait bien brûler, la planète entière même ! Qu’on ne compte pas sur moi pour la laisser une seconde seule.


****


- Tu veux quelque chose à boire ? me proposa Seth

Je refusais son offre d'un mouvement de tête. Les coudes appuyés sur le bord du lit, la bouche sur mes mains, elles-mêmes entremêlées autour des doigts de Leah, je me bornais à ne pas la lâcher du regard. Je n'aurais même pas su dire depuis combien de temps j'étais comme ça. Des millions de fourmis semblaient courir dans mes jambes, mais je m'en fichais comme d'une guigne. De même que ce fichu mal de crâne.

La maison était devenue silencieuse. Les membres de la meute étaient tous repartis à leur travail, gardant leur portable sur eux au cas où, hormis Seth qui était resté avec moi pour veiller sur Leah. Assis sur une chaise de l'autre côté du lit, il buvait un grand verre de jus de groseille, changeant le gant sensé faire baisser la température de Leah. Ni l'un ni l'autre ne parlions. Chacun perdu dans ses propres pensées. Les miennes étant simples : Leah, Leah, Leah et Leah.

Je sursautai lorsque je sentis une main se poser sur mon front. C'était Seth qui s'était levé. Je ne l'avais même pas vu ni entendu. Il me regardait avec un air inquiet, sourcils levés.

- Je vais bien, lui lançais-je d'une voix tellement plate que je me surpris moi-même.

Il insista en deplaçant sa main sur ma joue. Je m'écartais d'un mouvement de tête.

- Hayden... Tu es fiévreux et... Il marqua une pause, comme s'il hésitait sur les mots, puis reprit dans un soupir : à bout de forces. Tu devrais aller te reposer un peu toi aussi.

- Je t'assure que c'est rien... Juste...

- Juste...?

- Laisse tomber.

Il retourna s'asseoir en soupirant. Ce n'est que qu'une ou deux minutes plus tard que je remarquais qu'il me fixait d'un air interrogateur. Je gardais cependant mes yeux sur Leah en serrant les mâchoires. Seth soupira une nouvelle fois en me traitant de gamin. J'ignorais sa petite provocation, me bornant à ne pas l$acher Leah du regard.

- Elle ne t'entendra pas, si c'est ce qui te fait peur.

Je portai un instant mon attention sur lui. Après tout, qu'est-ce que j'avais à perdre à lui en parler ? Dans le pire des cas, il ne me croirait pas et me prendrait pour un fou ou un menteur. Je pris une grande inspiration et, reposant mes yeux sur Leah, j'entrepris de lui raconter ce qui me tracassait. C'est à dire ce qui m'était arrivé pendant qu'il était parti en course et avant que Paul ne tambourine à la porte avec une évanouie dans les bras. Puis ce que j'avais ressenti lorsque Leah avait de nouveau perdu connaissance. Et ce que je ressentais en ce moment même. Douleur générale et tambour dans le crâne.
A voir l'expression de Seth, il se demandait la même chose que moi...

- C'est... bizarre. Est-ce que ça serait... Enfin... Tu vois quoi, "Leah" ?

Il semblait réfléchir à plein régime. Nous nous observâmes, comme si aucun de nous deux n'osaient rien dire.

- Qui sait..., souffla-t-il au bout d'un moment. Ma soeur est une exception après tout. C'est bien possible que son imprégnation soit différente de la nôtre. Il faudrait en parler aux anc...

- Attends, attends, qu'est-ce que tu viens de dire ? le coupais-je. "Impregnation" ?

Il leva les yeux au ciel en secouant la tête comme si je venais de dire la chose la plus stupide du monde. Je haussais les épaules en le regardant sans comprendre. Leah bougea les doigts juste à ce moment-là. Oubliant la présence de son frère, je reportais instantanément mon attention sur elle. Resserrant ma prise autour de ses doigts, je caressais tendrement sa joue de l'autre main alors qu'elle laissa échapper une sorte de gémissement douloureux.

- Chut... Je suis là... Je suis là, Leah, lui soufflais-je.

Je sentis les muscles de son visage se détendre légèrement sous mes doigts. Je ne pus retenir un sourire quand je constatais que même alitée, elle restait magnifique.

- C'est de ça que je te parle Hayden, dit Seth alors que je me figeai en me rappelant qu'il était aussi dans la pièce.

Je jonglais entre les deux, soudain mal à l'aise. J'ouvris la bouche, mais rien ne me vînt à l'esprit. Je posais finalement mon regard sur Leah, dents serrés.

- Nous ne sommes plus ensemble Seth.

- Et alors ? Ose me dire que tu ne l'aimes plus..., répondit-il sur un ton plus que sérieux.

J'allais le contredire, mais les mots ne franchirent pas le seuil de ma bouche. Sourcils froncés, mâchouillant ma lèvre inférieure, nous nous défiâmes du regard. Je crois que pour la première fois depuis que je connaissais Seth, je me sentis vraiment en-dessous de lui. Il aurait pu faire trois têtes de plus que moi, ça m'aurait fait la même chose. Et je dois avouer que là... Il n'avait pas tord... Encore une fois, je soupirais, donnant un semblant de désespoir à la scène.

Je regardai Leah. Sa respiration s'était calmé, sa température avait visiblement baissé, mais ses yeux étaient toujours clos. Passant un doigt sur le dessous de sa main, j'y déposais un baiser. Posant ensuite ma joue contre, je pris une grande inspiration puis bloquai mes poumons. Une voix dans ma tête répétait que c'était n'importe quoi. Mais une autre ne cessait d'approuver Seth. Libérant l'air prisonnier de mes poumons, comme si je relâchais toute la pression que j'avais accumulé aujourd'hui, comme si je me transformais en guimauve toute molle, je murmurais :

- Si elle savait...

Le silence retomba sur la pièce pendant quelques secondes alors que je me perdais dans une contemplation détaillée de son visage.

- Ce n'est pas... Comme toi, ou comme les autres de la meute. Je marquais une pause, puis reprit : c'est à la fois tendre et douloureux. Doux et triste. Brûlant. Incontrôlable. Tellement plus cruel et tellement plus...

Je ne finis pas ma phrase. Je sentais mes yeux briller, prêt à se remplir de larmes. C'était comme une supplication d'avouer tout ça. Même juste de le savoir. Mais c'était vrai : je l'aimais.
Je secouai la tête et tentai de reprendre contenance.

- Mais ça n'a pas d'importance.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Spoiler:
 
Merciiiiiii maman Very Happy ♥️♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Accident révélateur [PV Hayden et Leah]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Accident révélateur [PV Hayden et Leah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Voiture de Djakout-Mizik impliqué dans un autre accident de la circulation
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Accident maritime : l’Etat Haïtien doit être responsabilisé
» [X] A morning in autumn [PV Hayden]
» ❝La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ❞ CALLIE&DONOVAN
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal-Cullen :: ¤ Seattle ¤ :: ~ Les Habitations ~ :: Maison des Quileutes-